KEA

Kéa est l’île des Cyclades la plus proche du continent, on y accède facilement à partir du port de Lavrion, après une traversée de une heure en Ferry. Son premier avantage se trouve là, elle est à la fois proche de la côte et suffisamment loin pour créer le dépaysement attendu. Contrairement à ses voisines plus connues, Kéa est uniquement desservie par ce port qui se trouve à 30 mn de l’aéroport International d’Athènes et à une heure du centre de la ville. En évitant les grandes lignes du port du Pirée, l’île a su garder son caractère paisible, même pendant les périodes estivales ou les flux sont accrus. La majorité de ses visiteurs sont grecs et viennent ici pour se reposer et se ressourcer au rythme décontracté de l’île.

PLAGES

Il n’y a quasiment pas de plages bondées, et sur celles qui sont les plus fréquentées, il y a toujours suffisamment de place pour que tout le monde puisse en profiter. L’île a sa part de plages « organisées » où l’on peut se détendre sur un transat à l’ombre avec une boisson fraiche et où l’on peut se restaurer sans avoir à amener son pique-nique. Il y a aussi de nombreuses plages sauvages sur lesquelles, certains jours on ne rencontre personne. C’est cette symbiose qui fait la magie de Kéa. Elle attire tant par son atmosphère conviviale et facile que par son côté sauvage et brut. La maison est idéalement située pour profiter pleinement de ces différents aspects. Sa situation au cœur de l’île permet d’atteindre les plages éloignées du Sud Est en 30 mn, et il est tout aussi facile d’accéder aux plages convoitées telles que Koundouros, Spathi, Otzias et de Gialiskari. Les plages de Kéa sont en grande majorité des plages de sable.

GASTRONOMIE

L’île possède de nombreux restaurants servant . À Ioulida, où se trouve la maison, un bon restaurant sert une cuisine grecque moderne appelée 'spiti stin Chora'. Son menu gastronomique incitera plus d'une visite. Sur la « plateia Iroon » aussi, de bonnes tavernes servent de la viande grillée et de nombreux plats locaux. Il y a de nombreux restaurants dispersés dans toute l'île mais aller d’abord faire un tour par la ‘Strofi tou Mimi’ à Vourkari ou par ‘Magazes’ de Stephanos à Korissia. Dans le port de Vourkari, le restaurant Seirios sert également un excellent menu.

L'île a fourni d’importants efforts au cours des dernières années pour développer sa propre agriculture biologique. Outre la délicieuse qualité de la viande que l’on peut trouver chez les bouchers de l’île, d’autres initiatives ont permis de développer le secteur du miel, de l’olivier, et de la vigne. De nombreuses fermes bio vendent d'excellents produits locaux (vin, confitures, huile d'olive, tomates séchées, câpres, fromage de chèvre, miel, etc.). Visitez les boutiques d'Aristaios et du Red tractor, vous ne serez pas déçu.

CULTURE

L'île aest habitée depuis 5000 ans. On retrouve des traces de ce passé à travers toute l'île, les vestiges d’un passé glorieux mais aussi ceux de temps plus modestes. Kéa a sa propre mythologie avec ses mythes de nymphes et de lion dans une île couverte d'arbres et où l'eau était à l’époque abondante. Les cités-états de Karthéa, Ioulida, Pioissa et Korissia prospérèrent et déclinèrent en même temps que la piraterie et l'occupation successive des Francs et des Turcs. On peut marcher jusqu'au site archéologique de Karthéa qui surplombent de deux belles plages. La récente restauration du théâtre antique, des temples d'Apollon et d'Athéna en font un lieu unique à Kéa. On peut également visiter les musées archéologiques et de folklore à Ioulida et Milopotamos respectivement. De la maison on peut également emprunter le magnifique sentier qui mène a l’une des principales attractions archeologique de l’île : lion de pierre sculpté dans la roche au Vème siècle avant Jésus Christ. Large de 3 mètres et long de neuf, ce lion monumental semble veiller sur la ville. Une première légende prétend qu'au temps où les Dieux régnaient sur la terre, les nymphes s'étaient établies à Kéa pour profiter de ses sources et de ses forêts de chênes. Mais un jour, un lion s'empara de l'île et les nymphes, effrayées, s'enfuirent sur les rivages de l'île d'Eubée. Ce fut une période de désolation sur l'île puisque les sources se tarirent et la sécheresse s'installa. Les habitants prièrent alors le fils d'Apollon, Aristée, de leur venir en aide. Celui-ci se rendit sur l'île et érigea un autel dédié à Zeus Ikmaios, dispensateur des pluies qui sauva Kéa de la sécheresse.

RANDONNEE

Les pentes escarpées de Kéa cachent aussi de jolis sentiers balisés qui traversent l’île et qui raviront tout amateur de randonnées. Les sentiers que compte l’île débutent tous sur les hauteurs de Kéa et se terminent sur des plages, certaines d’entre elles sont uniquement accessibles à pied ou par bateau, telle que la belle plage de Karthéa. La plupart d’entre eux ont Ioulida comme point de départ et peuvent être empruntés directement de la maison. Bien que le climat soit principalement sec et aride, l’île possède une forêt de chênes verts millénaires qui couvrent une grande partie de l’île.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le site officiel de la mairie de Kéa (http://destinationkea.com/en/adventure-tourism/pathways/) et ce site francophone créé par des randonneurs belges qui ont sillonné l’île de haut en bas. (http://www.cycladen.be/KeaFra.htm).

PLONGEE

Les fonds marins de l’île

L’île de Kéa possède de jolis fonds marins accessibles à partir de la plage comme par bateau. L’île est connue pour ses épaves, notamment celle du bateau royal à vapeur « Patris » que l’on peut explorer en bouteilles au large de Koundouros sur un récif plein de vie. Pour les amateurs de plongée technique il y a aussi le Burdigala, un paquebot français à visiter a 75m de profondeur. Le joyau de l’île reste le jumeau du Titanic, le bateau hôpital Britannicus, qui se trouve entre 60 et 120m de profondeur. L’île regorge de petites criques propices à la découverte de sa faune et de sa flore.

Pour un cadre méditerranéen, la qualité de la plongée est bonne avec une grande visibilité et avec de jolis paysages sous-marins. La vie marine reste plutôt limitée, comme malheureusement presque partout en Méditerranée, mais toute plongée peut révéler d'agréables surprises. Les plus patients pourront peut-être voir ses otaries solitaires, ses tortues Kareta Kareta et ses dauphins.

L'île possède un club de plongée certifié PADI et Yannis et son équipe organisent régulièrement des excursions dans toute l'île et sur les épaves.

VIE NOCTURNE

L’île n’est pas connue pour sa vie nocturne même si les petits bars de Vourkari, le port de plaisance, s’emplissent le soir après le diner dans une ambiance festive. A Ioulida, le bar Léon, perdu dans le dédalle des ruelles accueille ceux qui ont préféré ne pas redescendre au bord de la mer.

EN IMAGES